Covid-19/Assemblée nationale : Ma réflexion sur la crise sanitaire du Covid_19.

Depuis près de sept semaines, notre pays est entré dans une phase de confinement pour lutter contre la pandémie mondiale de coronavirus. J’ai une pensée émue pour ceux d’entre nous qui ont perdu des proches et ceux dont les proches ou eux-mêmes ont lutté ou luttent encore contre cette maladie. Je veux leur dire mon plein et entier soutien et ma compassion en cette période difficile.

Les personnels soignants, tous ceux qui contribuent à la bonne marche du système hospitalier sont à pied d’œuvre. De nombreux acteurs du quotidien (les caissières et les caissiers, les éboueurs, les forces de l’ordre, les agriculteurs) poursuivent leur action pour garantir la sécurité et la sûreté des Françaises et des Français. Nous devons leur rendre hommage à tous. Grâce à eux, l’effondrement de notre système sanitaire qui aurait pu nous menacer n’a pas eu lieu et nous avons pu continuer à assurer les services essentiels à notre vie en société.

Alors que le pic de l’épidémie a été dépassé sur notre territoire national, comme chez la plupart de nos alliés européens, nous allons devoir entamer une nouvelle étape dans notre parcours collectif. Les scientifiques nous disent qu’il faudra attendre des mois, voire une année complète pour avoir un vaccin fonctionnel et protéger l’ensemble des habitants de notre pays de ce virus. La situation est telle que nous allons devoir apprendre à vivre avec ce virus dans notre quotidien.

Nous devrons trouver des solutions à des problèmes auxquels nous n’aurions même pas songé hier. Nous devrons travailler tous ensemble, collectivement, pour innover et aborder cette nouvelle phase de manière pragmatique. Oui, l’économie doit pouvoir reprendre ; oui, les écoles et tous les lieux qui font notre vie sociale doivent pouvoir rouvrir. Mais tout cela doit être à la fois progressif et maîtrisé. Nous avons une responsabilité immense et collective dans le succès de la reprise de notre vie commune.

Réussir la reprise de l’activité doit se faire en mettant toutes les intelligences et toutes les expériences dans le débat. Nos concitoyens qui ont participé à des actions à l’international dans la lutte contre les phénomènes épidémiques, que ce soit en Afrique ou dans les Caraïbes, doivent être écoutés et entendus. Ceux des enseignants qui ont pu développer durant le confinement ou bien avant des méthodes éducatives innovantes doivent pouvoir partager leurs idées. Les expériences de nos voisins, amis et partenaires, qu’ils soient européens ou de toute autre partie du globe, doivent être des sources d’inspiration lorsqu’ils ont su développer des initiatives qui nous permettront de sortir, tous ensemble, grandis.

Enfin et surtout, cette nouvelle phase doit se faire en respectant les valeurs que porte notre pays et que je veux défendre plus que jamais : liberté, égalité, fraternité. Libertés collectives et individuelles doivent être mises au cœur de notre action publique et doivent être une boussole quotidienne. Egalité dans le traitement, c’est-à-dire équité dans les initiatives et poursuite d’un même niveau de service et de soutien de tous les citoyens, de tous les territoires. Fraternité et humanité pour nos concitoyens les plus touchés par la maladie, ceux qui portent le plus de risques et ont besoin d’accompagnement ou les territoires de notre pays qui ont été le plus touchés par l’épidémie, comme les pays amis qui ont aussi subi massivement les conséquences de la maladie.

C’est pourquoi, compte-tenu des annonces du Premier ministre, j’ai décidé en mon âme et conscience de voter pour le déconfinement lors du vote portant sur le débat.

Ce vote de soutien aux mesures annoncées par le Premier ministre est un encouragement au travail réalisé ces dernières semaines par le Gouvernement, travail de concertation qui doit se poursuivre en associant les élus locaux, les syndicats, les associations patronales, les associations qui maillent notre territoires, mais également l’ensemble de nos concitoyens.

Je resterai également attentive aux travaux menés sur le développement de méthodes de tracking dans notre pays, qui fera l’objet d’un autre vote prochainement. Dans la période actuelle, les premiers retours d’expérience venus des pays qui l’ont mis en place, les questions qui se posent encore et notamment sur le respect de la confidentialité des informations échangées dans le cadre de l’utilisation de l’application, ne me permettraient pas de donner mon assentiment au développement et à l’utilisation d’une telle application de suivi et d’alerte des personnes infectées ou des personnes qui auraient été à leur contact.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s