Pour un grand débat citoyen en faveur du bien-être animal.

Depuis plusieurs années, les débats sont vifs sur la nécessité d’améliorer les conditions de vie des animaux domestiques et de protection des animaux sauvages. Ces débats ont notamment porté sur la corrida, les conditions d’abattage des animaux d’élevage, l’élevage des poules, la pêche en eaux profondes et les delphinariums.

Mon combat agroécologique

J’ai toujours porté un regard attentif à ces questions, les considérant comme faisant partie d’un grand débat humaniste et écologique. Le modèle agroécologique que je défends est celui qui valorise un modèle de développement qui prenne en compte non seulement les questions économiques, mais aussi sociales et environnementales. Je défends une approche modérée et progressive mais résolue des améliorations nécessaires de nos politiques de défense de l’environnement, des animaux et de l’humanité dans son ensemble sur notre planète.

Dès mon élection à l’Assemblée nationale en 2012, je défendais la nécessité de préserver les réserves d’eau et d’une utilisation restreinte et adaptée des pesticides, des pratiques raisonnables de la chasse et de la pêche et d’une amélioration des conditions d’élevage et d’abattage. Je crois toujours que l’on peut trouver des compromis entre des pratiques traditionnelles et une recherche de l’amélioration des rapports entre les animaux et les humains.

L’initiative du 2 juillet 2020

A l’initiative d’associations de défense des animaux, une pétition a été rendue publique le 2 juillet dernier. Depuis cette date, plus de 500 000 personnes se sont mobilisées et ont signé cette pétition en faveur d’un référendum d’initiative populaire sur 6 thématiques portant sur le bien-être animal.

Une telle mobilisation en plein cœur de l’été et alors que notre pays subit une grave crise sanitaire, économique et sociale, n’est pas anodine. Je souhaite féliciter ses initiateurs pour leur combat et reconnaître ici le rôle essentiel que ces associations peuvent avoir dans la construction d’une société plus responsable et plus respectueuse des droits de tous les êtres vivants.

Pour un référendum d’initiative populaire…

Si je soutiens aujourd’hui leur démarche, c’est parce que je crois qu’après la convention citoyenne pour le climat, qui a également fait des propositions en faveur d’une amélioration des conditions d’élevage, il est essentiel qu’un débat citoyen ait lieu sur l’amélioration de la vie animale, conformément à notre vision progressiste et humaniste.

Le référendum, par son caractère solennel et grâce au suffrage universel, est un moment fort de notre démocratie. Il peut et doit être un moment de débat clair et franc entre citoyens  pour permettre à la nation de se déterminer sur un sujet du débat collectif. Le débat devra avoir lieu et si le principe du référendum est acté, je me prononcerai à ce moment-là sur chaque point mis en question, après avoir consulté des citoyens et des experts de chaque thématique abordée.

… dans des conditions respectueuses de chacun et qui permette un débat vertueux.

Si je soutiens le principe du référendum, je souhaite que soient clarifiés plusieurs points qui me semblent fondamentaux. En effet, le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe en 2005, tout comme le référendum britannique sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne en 2016 doivent nous alerter sur le risque d’un débat biaisé et sur les conséquences d’un débat où tous les termes ne sont pas compris de la même façon par tous les acteurs.

Il faut qu’un référendum, s’il doit avoir lieu, soit un moment de démocratie exemplaire et il est donc nécessaire de s’arrêter dès maintenant sur plusieurs points :

  • La ou les questions posées devront être claires et ne donner lieu à aucune interprétation ;
  • Chaque proposition devra faire l’objet de propositions détaillées de la part du Gouvernement pour que les citoyens puissent se prononcer après avoir été éclairés sur les conséquences.

Enfin, je souhaite qu’en cas de vote favorable à une ou plusieurs mesures, un groupe de parlementaires (députés et sénateurs) transpartisan se constitue afin de suivre les applications réglementaires et législatives du référendum.

* * *

J’ai donc décidé en mon âme et conscience de soutenir ce grand débat citoyen qui devra aboutir à l’organisation d’un référendum et je signerai ainsi la pétition en faveur de ce processus. J’annoncerai précisément mon point de vue sur chacun des points présentés dans la pétition après avoir consulté des experts, des associations, des citoyens de mon territoire.

Sophie Errante, Députée de la 10ème circonscription de Loire-Atlantique



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s